Accueil
#SousMon…
#EtAprès
Nous suivre sur Instagram Nous suivre sur Facebook Nous suivre sur Linkedin
Le off de l’atelier

Nos belles histoires

C’est l’histoire d’un couturier damascène, forcé de quitter la Syrie peu après le début de la guerre en 2011. Sous le feu des bombes et de la répression, Adnan parvient à rejoindre sain et sauf la Turquie, où passe de longs mois dans des camps de réfugiés, avant de reprendre la route, d’embarquer pour l’Europe, via la Grèce. La famille de réfugiés arrive en 2017 à Lons-le-Saunier. La création de l’Atelier Textile Jurassien est une opportunité inattendue pour lui de renouer avec son métier et de faire bénéficier le projet de ses compétences uniques. Adnan est aujourd’hui un prototypeur à l’Atelier.

C’est l’histoire d’une couturière ukrainienne, arrivée dans le Jura il y a des années, et d’une réfugiée de la guerre en Ukraine, arrivée à Lons-le-Saunier en mars 2022. Maîtrisant mieux le français, Nataliya aide Yulia dans le récit de sa double fuite d’Ukraine. En 2020, Yulia a d’abord fui le Donbass, s’est réfugiée à Kiev, avant d’être de nouveau forcée de fuir cette fois son pays, sous le feu de l’offensive russe. Nataliya est aujourd’hui intégrée à l’effectif permanent de l’Atelier Textile Jurassien. Yulia, rêve de retrouver son pays en paix au plus vite. A l’Atelier Textile Jurassien, elle coud des turbulettes pour les nouveaux nés, main dans la main avec Angelika, couturière d’origine russe et le reste de l’équipe.

C’est l’histoire d’une maman camerounaise, victime de discriminations et violences dans son pays, poussée par le dénuement à traverser le désert du Sahara et à embarquer « sans visa » sur un canot sur la Méditerranée. Rescapée de cette traversée mortelle qui a coûté la vie à des milliers de personnes au cours des dernières années, Pauline-Jolie recoud patiemment sa vie en lambeaux, avec un courage qui force le respect. A l’Atelier Textile Jurassien, elle a cousu des milliers de masques qui ont sans doute permis de sauver des milliers de vies menacées par la pandémie en Europe.

C’est l’histoire d’un produit du terroir, le comté, emblème culturel, gastronomique et économique de notre territoire jurassien. Et c’est une histoire de bon sens : qui fait se rencontrer les acteurs soucieux d’offrir le meilleur de notre territoire à celles et ceux qui viennent le découvrir. C’est l’histoire des tabliers proposés dans la boutique de souvenirs de la Maison du Comté à Poligny et fabriqués par l’Atelier Textile Jurassien. Une confection made in Jura, à partir de matière sourcée en France, le minimum pour le fromage préféré des Français !

C’est l’histoire de héros du quotidien qui risquaient de perdre leur pantalon, et de précieuses minutes dans des opérations de sauvetage risquées et délicates à cause de bretelles coincées sur un porte conteneur dans l’hémisphère sud. Nous sommes au printemps 2021, le fret maritime, déjà impacté par la crise sanitaire, connait une nouvelle crise lorsqu’un méga-porte-conteneurs s’enlise dans le canal de Suez, bloquant la navigation pendant des semaines… et la livraison des bretelles des pompiers du SDIS 39 ! Un coup du sort qui prive les soldats du feu du Jura d’une sécurité vestimentaire. Ni une ni deux, les petites fées de l’Atelier Textile Jurassien trouvent une solution et cousent 250 paires de bretelles en quelques jours. Une solution rapide et garantie km0 – et donc aussi respectueuse de l’environnement – à nos héros du quotidien !

C’est l’histoire d’une re-naissance. L’Atelier Textile Jurassien qui avait été créé dans l’urgence au printemps 2020, en plein confinement, pour confectionner des masques de protection contre un virus inconnu, qui semait la mort sur son passage. En deux ans, près d’un million de masques en tissu auront été produits à l’Atelier Textile Jurassien, en partie dans le cadre d’un partenariat avec le groupement d’achat Résilience [insérer lien Résilience]. Alors quand un an et demi plus tard, Résilience nous choisit de nouveau pour la fabrication des turbulettes qui seront remises par le ministère de la santé aux jeunes mamans, dans le cadre de l’opération « 1000 premiers jours » [insérer lien ?]. Pour nous, c’est tout un symbole : après les masques, c’est une renaissance, une occasion de démontrer de nouveaux savoir-faire, mais aussi de contribuer, à notre échelle, à accompagner de nouvelles vies, les générations futures, dans leurs premiers instants sur la planète… sacré défi !

VOUS SOUHAITEZ
être prévenu des actualités de l'atelier

    J’accepte de recevoir la newsletter et les offres commerciales de l’Atelier Textile Jurassien

    Facebook Instagram Linkedin